Tout ce que vous devez savoir pour faire du scratch en tant que DJ.

Le scratch fait partie intégrante de l’art du DJ. J’encourage tous les DJ à apprendre les bases du scratch, quel que soit le genre de musique. 

Définition du scratch

Le scratch (ou scratching) est une pratique qui s’intègre parfaitement dans diverses techniques de mixage. Il s’agit du processus de modification manuelle de la vitesse de lecture d’un enregistrement alternativement vers l’avant et vers l’arrière sous la tête de lecture d’une platine pour obtenir des effets spéciaux. Lorsque vous accélérez, le son augmente et lorsque vous décélérez, il diminue. En plus de manipuler ce vinyle,  

Modification du volume (augmentation, réduction ou coupure) permet de donner un rythme à cette modulation. 

En plus de cette manipulation du vinyle, une modification du volume (augmentation, réduction ou coupure) permet de donner un rythme à cette modulation.

Est alors considéré que la main située sur le vinyle contrôle la hauteur du son (aigu ou grave), alors que la main située sur le crossfader de la table de mixage contrôle le rythme du son. Il existe énormément de techniques différentes de scratch et c’est une discipline encore en pleine évolution. Plusieurs techniques différentes associées sont appelées « Combos ». Ces combos amènent les DJ à faire constamment évoluer cette pratique.

Flash (1981). Le titre qui a fait découvrir le scratch de Grand Wizzard Theodore au public était Rock It (1983) de Herbie Hancock, avec Grandmixer DST aux platines.  Un passage qui sert très souvent pour le scratch est la phrase « This stuff is really fresh » à la fin du morceau Change the Beat de Fab Five Freddy et la chanteuse « Beside ».

Pourquoi apprendre à Scratcher ?

C’est une véritable « performance » et c’est la seule technique DJ qui ne peut pas être simulée numériquement. 

Si la foule voit ou entend votre scratch, c’est un respect instantané, quel que soit l’équipement avec lequel vous vous entraînez. 

Dissipons quelques mythes… Tout d’abord, trop de DJ numériques pensent qu’ils ne peuvent pas scratcher correctement avec un contrôleur DJ. ce n’est pas vrai. Avec habileté, vous pouvez scratcher presque n’importe quel type d’équipement, même ceux avec de très petits jogwheels !

A Lire aussi :  Améliorez vos compétences de DJ grâce à la réalité virtuelle.

Dans un second temps, les personnes pensent que vous ne pouvez scratcher que sur de la musique Hip Hop ou Rap, encore une fois, c’est faux ! Le scratch peut être utilisé sûr et entre tous types de musique, à condition de bien maîtriser la discipline.

Le point important, cependant, est que vous avez besoin de compétences, et c’est là que beaucoup de gens décrochent. Ils allument leur équipement, chargent une piste, essaient de scratcher très vite… agitant le jogwheels et le crossfader comme un fou, puis blâment le matériel ou le logiciel pour le bruit affreux qui en résulte ! 

La vérité est que, tant que vous configurez correctement votre matériel et vos logiciels tout en suivant quelques instructions simples et que vous prenez le temps de pratiquer les bases à un rythme soutenu, vous pourrez apprendre à scratcher.

Ensuite, si vous vous amusez et aimez ce que vous entendez … vous aurez la confiance nécessaire pour scratcher en public lors d’un concert, ou pour passer au niveau supérieur si vous le souhaitez et approfondir votre apprentissage.

Où Placer les mains ?

Que vous soyez gaucher ou droitier, vous pouvez choisir quelle main utiliser pour lire les disques et quelle main actionner le crossfader.
Ce choix affecte essentiellement le style de scratching, car il détermine directement si le contrôle du disque ou le contrôle du fader est prioritaire.
De nos jours, la plupart des DJ réservent au crossfader leur main la plus agile.

Il vous faudra toujours consacrer de sérieux efforts à l’amélioration de la dextérité de votre main la moins habile.

Il n’y a pas de règle spécifique quant à l’endroit où placer vos mains sur le disque, mais généralement les mains sont placées à la position 9 heures sur le disque. Le plus important c’est d’avoir les mains propres !

Plus vos bras sont «lâches», mieux c’est essayez donc d’avoir les plateaux de votre platine à hauteur de la taille et assurez-vous que vos coudes ne heurtent pas les meubles! 

A Lire aussi :  C'est Quoi le DJ de Spotify que son intelligence artificielle nous offre.

Les 7 techniques de DJ scratch (La base)

Le Baby-Scratch

Repérez une partie, dans votre disque, comportant un long son continu, utilisez une seule platine, pas de casque, et ne touchez pas à votre table de mixage.

  • Trouvez le son de votre choix et maintenez le disque immobile, pendant que le plateau continue de tourner en dessous.
  • Faites tourner à la main, sans brutalité, le disque en avant et en arrière (aller/retour). Vous entendez le son caractéristique du scratch : impossible de le résumer en une onomatopée, mais par convention, disons qu’on entend zig-zag, zig-zag.

Le CUT

Dans le CUT, le crossfader sert à couper le son pendant le retour du disque.

Vous n’entendez donc que l’aller du scratch.

  • – Posez une main sur le crossfader, l’autre sur le disque.
  • Effectuez un aller/retour avec le disque.
  • – Ouvrez le crossfader pendant l’aller, et fermez-le lors du retour du disque.
  • Vous n’entendez donc que le son correspondant au scratch avant, soit le zig.

Le Stab

Scratch poussé ou tiré rapidement, créant un son plus aigu. Comme pour le cut, le son de retour est coupé.

Le Chirp

Séries de scratches avant/arrière très rapides créant un son « gazouillant » (chirping).

Le son est coupé à chaque changement de direction, ainsi un seul son est émit à chaque mouvement avant ou arrière du disque.

La hauteur de ton du chirp varie en fonction de la vitesse du mouvement. Plus il est rapide, plus la note est haute ; plus il est lent, plus la note est basse.

Le résultat est un son court et expressif, évoquant un pépiement. L’explication est facile, l’application beaucoup plus ardue… mais le résultat en vaut la peine !

Le Transform

Le disque est poussé ou tiré lentement pendant que le cross-fader est sèchement ouvert et fermé.

Le son est coupé plusieurs fois pendant chaque mouvement avant ou arrière, ce qui multiplie le nombre de sons émis par cycle.

A Lire aussi :  Améliorez vos compétences de mixage en évitant les erreurs communes faites par les DJ débutants

Comme pour les chirps, la piste est coupée à chaque changement de direction, ce qui donne un son haché qui varie de ton (pitch).

Le Crab

Le Crab (également appelé « 3 doigts »).

Il consiste à frapper successivement avec les trois doigts de la main (comme si vous pianotiez sur une table) un côté du cross-fader, l’autre côté étant maintenu par le pouce, qui fait office de ressort de rappel, ramenant le cross dans le sens opposé.

Si vous effectuez cette manipulation de part et d’autre du point de coupure, vous coupez le son de votre scratch trois fois de suite, à intervalles très rapides.

Pour vous exercer, cliquez des trois doigts sur votre pouce, comme si vous claquiez du pouce avec tous les autres doigts simultanément.

Une fois ce mouvement maîtrisé, refaites-le avec le cross-fader (en soignant la frappe).

Le Flare

Le Flare (du nom de son inventeur : DJ FLARE), est un bon exemple de l’impact d’un scratch open-fader.

Un flare commence avec le cross-fader ouvert et consiste en un simple allez/retour avec le disque.

A l’inverse d’un chirp ou d’un transformer, on entend le changement de direction.

Conclusion

Le DJ scratch est une pratique longue à acquérir. La répétition, l’entrainement et la patience fera de vous peut-être le prochain champion DMC !

Connaitre et maîtriser les bases de cette discipline embellira vos Sets Dj et vous démarquera des autres. À nos platines …

J’espère que cet article t’a plu, n’hésites pas à partager d’autres techniques en commentaire.

Laisser un commentaire

error: Content is protected !!